Image
Top
Navigation
juillet 7, 2015

Merci monsieur curieux

pierre-maranda
Il se promenait nu dans sa vaste demeure, pipe à la main, toison d’argent, arborant un sourire de Joconde. S’il s’arrêtait, c’était pour vous poser une question. Et puis une autre.

Je parlais l’autre jour de la différence entre vouloir être intéressant, être intéressé, et être curieux; Pierre Maranda était un modèle de ce trop rare spécimen qu’est un homme vraiment curieux. Aujourd’hui, alors qu’il traverse de l’autre côté, je veux lui rendre un court hommage.

J’ai souvent fréquenté sa maison pendant mon adolescence. Ce qui était le plus frappant pour l’ado que j’étais: malgré son savoir anthropologique, en dépit de Harvard, de sa vaste bibliothèque et de ses aventures à l’autre bout du monde, il ne s’adressait pas à vous pour vous dire ce qu’il fallait penser. Avec sa curiosité souriante (et parfois inconfortablement tenace), il voulait plutôt savoir ce que vous pensiez et croyiez. Et, chose plus rare encore, il donnait l’impression de vouloir vraiment entendre la réponse.

Si cet anthropologue était un homme de grande science, peut-être était-ce avant tout parce que rien ne semblait lui faire plus plaisir que de (se) poser des questions.

Il m’a démontré par l’exemple qu’être curieux veut dire aimer les questions.

Qu’il n’y a pas de question trop embarassante ou sans intérêt.

Que la réponse à une question mène à une autre question.

Que la curiosité est une délicieuse façon de goûter la vie, et l’expression directe de sa liberté.

Et enfin que la curiosité pure, attentive, sans attachement, est un cadeau pour quiconque se tient dans son faisceau.

Merci pour tout ça, et bon voyage monsieur curieux.

Yan

Fréquence souhaitée: